Cameron ressort très handicapé de sa semaine budgétaire

Depuis l’annonce de son budget, la semaine passée, le parti conservateur au pouvoir traverse une période difficile. David Cameron, le premier ministre en tête, se serait sûrement bien passé d’une dizaine de jours qui a vu la guerre qui déchire son parti prendre une telle ampleur. Jeudi 24 mars, Cameron a subi sa plus violente charge depuis les élections générales de mai dernier. Un des plus généreux donateurs des Tories a en effet appelé à sa démission au lendemain du référendum et ce, quel qu’en soit le résultat.

C’est bien la question européenne qui a porté à son paroxysme la guerre interne qui ravage le parti conservateur. L’antagonisme entre les deux courants : favorables au maintien dans l’Union européenne rassemblés derrière le duo Cameron-Osborne d’un côté, partisans du Brexit derrière Boris Johnson, le maire de Londres, a eu des conséquences lourdes sur la présentation du budget 2016. Le Secrétaire d’Etat au travail et aux pensions, l’eurosceptique Iain Duncan-Smith a démissionné vendredi 18 mars. Il a motivé ce geste symbolique par son opposition aux coupes budgétaires dans les allocations versées aux personnes handicapées, lesquelles devaient initialement culminer à 4,4 milliards de livres sur la durée du mandat. Ces réductions budgétaires ont pour but de financer, entre autres, les exonérations d’impôts bénéficiant aux familles les plus aisées.

Entre Iain Duncan-Smith et George Osborne, ça n'a jamais été le grand amour

Entre Iain Duncan-Smith et George Osborne, ça n’a jamais été le grand amour

En critiquant l’orientation générale de la politique économique, décidée et mise en œuvre par le chancelier de l’Echiquier George Osborne, le très droitier Duncan-Smith a mis le feu aux poudres. Qualifié aimablement de « merde » par le Premier ministre, le secrétaire d’Etat démissionnaire a considérablement affaibli les chances d’Osborne de pouvoir succéder à David Cameron, comme leader des