Que vaut le projet de loi sur l’énergie de Liz Truss ?

Liz Truss a annoncé à la chambre des communes le projet de loi gelant les tarifs de l’énergie pendant deux ans. Selon elle, un foyer moyen britannique ne paiera pas plus de 2500 livres par an. La Première ministre a déclaré qu’un foyer moyen économiserait à partir du mois d’octobre 1000 £, en raison de la réduction du prix, auquel s’ajoute la réduction de 400 £ qui avait été annoncée par le gouvernement de Boris Johnson.

Les projections sur les hausses de prix de l’énergie évaluaient la facture moyenne à 3500 £ en octobre et 6000 £ en début d’année 2023.

Liz Truss a déclaré « plus tôt cette semaine j’ai promis que je négocierai avec l’envolée des prix de l’énergie à laquelle font face les familles et les entreprises à travers le Royaume Uni. Et aujourd’hui je tiens ma promesse. »

« Ce gouvernement va mettre en œuvre immédiatement une nouvelle garantie des prix de l’énergie qui va donner aux gens des certitudes sur les factures de de l’énergie, cela va réduire l’inflation et booster la croissance ».

Elle a annoncé la suspension de la taxe appelée  » green levies », expliquant que cela représentant un gain pour les ménages de 153 £. Cette taxe d’un montant de 8 % sur les factures d’énergie est censée financer l’efficacité énergétique du pays, notamment l’isolation et tout ce qui peut améliorer la performance énergétique d’un foyer ou d’une entreprise. Le cout total des mesures pourrait s’élever de 100 à 150 billions de £, serait financé par un emprunt. Qui paiera l’emprunt au final ?

Une mesure de court terme qui aura des conséquences sur la capacité du pays a réduire son empreinte carbone. Et ce d’autant plus que le Royaume Uni produit 40 % de son électricité avec du gaz naturel (qui avait été choisi pour réduire la dépendance du pays au charbon).

Pour les entreprises et le secteur public, notamment l’éducation, le plan de soutien ne durerait que 6 mois. Avec une évaluation au bout de trois mois.

Liz Truss se garde bien de mettre en place un impôt sur les bénéfices exceptionnels des entreprises du secteur de l’énergie, qui selon  » découragerait l’investissement « . L’absence de mesures pour améliorer l’isolation des habitations est préoccupante. Et le choix d’autoriser à nouveau la fracturation hydraulique (un moratoire avait été imposé en 2019) est un signe supplémentaire du total désintérêt du gouvernement sur les questions climatiques.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.