Elections générales 2019 – Le jour d’après

Taux de participation : 67.17% – en baisse de 1.49% par rapport au scrutin de 2017.

Parti Conservateur : 44 %

365 élus

Labour Party : 32 %

203 élus

Libéraux Démocrates : 12% 11 élus

SNP : 4 %

48 élus

Green : 2,7 %

1 élue

Brexit Party : 2 %

Plaid Cymru : 4 élus

DUP : 8 élus

Sinn Fein : 7 élus

SDLP : 2 élus.

Il faut remonter aux années 1980, quand Margaret Thatcher dirigeait le parti conservateur, pour trouver une victoire tory de cette ampleur. Boris Johnson a douché les espoirs de tous ses opposants et s’offre une majorité confortable à la Chambre des communes.

En axant sa campagne sur la mise en oeuvre du Brexit, il est parvenu a faire tomber nombre de bastions du Labour, notamment dans le nord. Il a donc les mains libre pour sortir le Royaume Uni de l’Union Européenne. Ce vendredi 13 décembre au matin, il l’a confirmé : « Il n’y a plus de si ou de mais, nous quitterons l’Europe le 31 janvier prochain ».

Cette victoire historique est, pour beaucoup, l’oeuvre du conseiller spécial de Boris Johnson, Dominic Cummings. L’ancien directeur de la campagne en faveur de la sortie lors du référendum de 2016 a réussi à imposer une approche axée sur le seul thème de « Get the Brexit done !« , martelé à l’envi. Il a amené son poulain à esquiver toutes les autres questions, et même les journalistes, pour se concentrer sur ce seul slogan. Les résultats sont à la hauteur puisque Johnson peut se prévaloir d’une majorité de près de 70 sièges.

Pour les opposants conservateurs à Boris Johnson le verdict est cruel. Tous les candidats tories qui se présentaient comme indépendants ont été dégagés. Michael Gove a déclaré lors de la conférence de presse matinale à la suite des proclamations des résultats, « le pays a rejeté le marxiste antisémite Corbyn« .

Le Labour party connaît une de ses pires défaites depuis… 1935. Nombre de bastions symboliques sont tombés comme celui de la « bête de Bolsover« , Denis Skinner (élu depuis 49 ans), ou l’ancien siège de Tony Blair à Sedgefield ou encore Redcar et Newcastle qu’il tenait depuis près de 100 ans… Dans le Nord-Est de l’Angleterre, bastion rouge par essence, les travaillistes perdent 7 sièges qui passent tous aux conservateurs.

Jeremy Corbyn a annoncé qu’il ne conduirait pas le Labour Party aux prochaines élections générales. Mais il ne compte pas lâcher les rênes précipitamment. Il souhaite que les travaillistes mènent d’abord une période de réflexion sur les raisons de la défaite, avant d’entamer un processus de désignation d’une nouvelle direction. Issu de l’aile gauche travailliste, Corbyn entend, probablement, verrouiller l’appareil pour éviter un changement de majorité interne.

Les critiques n’ont pas traîné dans le parti de la part de ses opposants de longue date, Caroline Flint défaite dans sa circonscription fait porter à Jeremy Corbyn la responsabilité entière du désastre. Jess Phillips, réélue, demande qu’il se produise des « changements radicaux« . D’autres ont pointé la question de l’antisémitisme dans le parti.

Pour John McDonnell (réelu), c’est la question du Brexit qui s’est révélée être « un piège pour le parti : basculer du côté des électeurs pro maintien et le Labour s’aliène son électorat pro Brexit, et vice versa« .

Côté Libéraux Démocrates c’est aussi la soupe à la grimace, alors qu’ils espéraient passer devant le Labour au lancement de la campagne. La stratégie du vote tactique, en alliance avec le SNP, les Verts et Plaid Cymru, n’a pas eu l’effet escompté, Joe Swinson est battue en Ecosse par la candidate du SNP et se voit donc évincée de son poste de leader du parti. Chuka Ummuna est battu à Londres par le parti conservateur. Seule consolation pour le parti, avoir battu à nouveau le candidat tory Zac Goldsmith (pro brexit et candidat malheureux à la mairie de Londres).

Les écologistes conservent leur élue Caroline Lucas à Brighton qui renforce sa majorité avec 57,2 % des voix (+5). Ailleurs  Carla Denyer récolte 25 % des voix à Bristol, tandis que le co leader du parti rassemble 16.5 % des voix à Dulwich & West Norwood.

Le parti s’est félicité d’avoir gagné 850.000 suffrages à travers le pays, et estime qu’il est passé devant le Brexit party (200.000 suffrages de plus).

Le Parti nationaliste écossais SNP sort vainqueur au nord du mur d’Hadrien. La première ministre Nicola Sturgeon n’a pas attendu les résultats définitifs pour réclamer la « fin de la prise d’otages des écossais par Westminster« . Forte de 48 élus (+13) elle estime qu’il est temps que soit organisé un nouveau référendum sur l’indépendance. Le SNP a balayé les autres partis du paysage politique : les tories ne sont plus que 6 (-7 sièges), les Libéraux démocrates 4 (tout en ayant perdu leur leader Joe Swinson), le Labour ne conserve que son élu à Edimbourgh (-6 sièges).

Au pays de Galles le Labour n’est pas épargné. Dans ce qui fut son autre bastion, il perd 7 sièges dont 6 basculent aux Tories. Les nationalistes de Plaid Cymru conservent leurs 4 élus.

En Irlande du Nord les unionistes du DUP perdent 2 sièges dont celui du stratège du parti Nigel Dodds au profit du Sinn Fein, qui ne profite pas du scrutin, il perd également 2 élus, mais conserve 7 sièges. Le SDLP, le labour local regagne 2 élus.

Le Brexit party n’a pas remporté son pari de prendre des sièges au Labour, après avoir retiré ses candidats en faveur des élus conservateurs sortants. UKIP a disparu des écrans radars tant ses électeurs ont voté utile en choisissant le vote conservateur. Nigel Farage attend sans doute d’être récompensé.

 

One comment

  • À noter en Irlande du Nord pour la première fois, les unionistes ne sont plus les représentants majoritaires de la province à Westminster (abstraction faite que les MPs de Sinn Féin n’y siègent jamais)… Avec 7 Sinn Féin, 2 SDLP, les MPs favorables à un rapprochement plus important encore avec la République, voire à la réunification, sont plus nombreux que le DUP qui reste la seule représentation unioniste. L’Alliance Party avec un siège complète le tableau d’un vote contre le sectarisme du DUP.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *