Charlotte Church, le nouveau visage de la contestation

En France, la contestation sociale manque d’incarnation. En Grande-Bretagne, elle prend le visage d’une chanteuse galloise de 29 ans, formée à l’école classique et auteur d’un virage pop qui la verra placer plusieurs titres dans le hit parade britannique. Mais, aujourd’hui, cette forte en gueule se fait plus remarquer par ses parti pris politiques que par ses saillies contre les jurés de X-Factor ou contre le représentant de Sa Majesté à l’eurovision.

Habituée des cortèges End Austerity Now, Charlotte Church est en passe de devenir l’égérie des mobilisations sociales qui grandissent dans le pays. Avant la grande marche annoncée à Londres le 20 juin prochain, elle a déclaré :

« Le Welfare state (l’état providence) est tout : c’est notre service de lutte contre les incendies, c’est notre service de santé (NHS), c’est notre réseau de transport, c’est tout ce que nous avons… Nous serons donc tous affectés par les coupes budgétaires (annoncées par le gouvernement conservateur). Quand les gens vont se rendre compte de leur ampleur et de l’impact qu’elles auront sur nos vies à tous, ils seront bien plus en colère qu’ils ne le sont aujourd’hui.« 

Elle a expliqué qu’elle serait « très heureuse » si les taux d’imposition devaient être augmentés jusqu’à 60 voire 70 %. Elle a aussi constaté que les Membres du parlement venaient d’augmenter leurs indemnités de 10 % : « Une règle pour eux, une règle pour nous« , a-t-elle sobrement commenté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *