Référendum à propos de l’Europe : Cameron devrait accorder la liberté de campagne

Cameron et l'épine européenneDavid Cameron démarre l’année sur une capitulation politique. Envers son propre camp. Il devrait annoncer, dans cette journée du mardi 5 janvier, qu’il accorde la liberté d’expression aux membres de son gouvernement. Les eurosceptiques pourront donc faire campagne pour la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Iain Duncan Smith et Chris Grayling, mais aussi sûrement Theresa May, doivent savourer ce moment.

C’est un revirement pour le Premier ministre qui, jusqu’alors, campait sur une ligne dure. Il n’entendait pas que des voix discordantes s’expriment au sein de son cabinet. Tout à sa négociation avec Bruxelles sur une réforme de l’Union, il voulait mettre en avant l’unité de ses troupes, de manière à peser sur les représentants de la Commission européenne. Las, le sujet est trop sensible au sein du parti conservateur pour que l’unité soit vécue autrement que sous la forme d’une caporalisation du gouvernement.

En outre, David Cameron, qui a annoncé qu’il n’ira pas au bout de son second mandat à Downing Street, n’a plus les rênes du pouvoir. Avec sa confidence précipitée, il s’est privé d’un élément de poids dans le rapport de forces. Et le courant eurosceptique, très puissant parmi les Tories, a pu en profiter pour obtenir une liberté de campagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *