Inondations dans le nord de l’Angleterre : le gouvernement noyé sous les attaques

Le Premier ministre et son cabinet prennent l’eau. Alors que les inondations ont ravagé le nord de l’Angleterre et que des pluies torrentielles continuent de dévaster le pays, le gouvernement conservateur souffre le martyr. Comme une illustration de cette dérive gouvernementale, des officiels devaient se rendre, lundi 4 janvier, à la rencontre de populations sinistrées. Ils sont arrivés en retard et du mauvais côté du pont détruit par la crue… Cameron a promis, ce mardi 5 janvier, 40 millions de livres sterling pour renforcer les défenses face aux inondations et le Labour évoque une diminution nette du budget alloué à ce secteur de 117 millions de livres depuis 2010. Pendant ce temps, la ville de Withby, dans le North Yorkshire, était virtuellement coupée du monde, la veille au soir.

Les pluies annoncées cette semaine font planer la menace de nouvelles crues dans le Nord-Est, le Devon, Cornouailles, le Gloucestershire et le Worcestershire, soit une vaste partie de l’Angleterre. Si les signaux d’alerte ont été activés, cet épisode devrait être moins cruel que les précédents. En effet, il intervient après que trois tempêtes successives ont dévasté le nord du pays en l’espace de deux semaines et demie. A la fin du mois de décembre, les dommages étaient estimés à plus de 5 milliards de livres, entre les milliers de maisons qui ont dû être abandonnées en urgence, les entreprises et commerces victimes des crues. Mais les experts signalaient que de nombreux ménages et sociétés n’étaient pas suffisamment assurés, ce qui laisserait à entendre un prix des inondations plus élevé encore.

David Cameron visite York après les inondationsEvidemment, le gouvernement et les agences officielles ont été pris pour cible et pas uniquement par l’opposition. Il faut dire que la tête de l’état n’a pas répondu présent. Lors du passage de la tempête Eva, entre Noël et le jour de l’an, le patron de l’agence de l’Environnement, chargée de la prévention des inondations, se trouvait en vacances dans les Barbades, au soleil. Philip Dilley  est revenu en urgence une fois le grain passé mais a courageusement évité la ville de York, qui a particulièrement souffert du passage de la tempête Eva. Dans le même genre, le membre du parlement, travailliste, Simon Danczuk, qui prenait un selfie au pub pendant que les citoyens de sa constituency de Rochdale se retrouvaient les pieds dans l’eau…

C’est tout le système de prévention des inondations qui a défailli au cours de ces trois épisodes de pluie, qualifiés comme « extrêmes » par les analystes. Des dizaines de pompes ont été soit submergées par les flots soit ont disjoncté. Les barrières de protection et les digues ont cédé. Autant d’éléments qui témoignent de la vétusté des défenses mises en place par le gouvernement. De plus, leur entretien a révélé des failles, largement liées à la baisse des crédits affectés à ce secteur. Le gouvernement a été également accusé d’avoir privilégié la protection du sud de l’Angleterre, globalement plus favorable aux conservateurs. Une attaque qui a agacé David Cameron, qui a pris le temps d’y répondre.

La rivière Calder est sortie de son lit à MytholmroydPourtant, à Leeds – où 2,000 maisons et 400 activités ont été endommagées – le leader du conseil, Judith Blake, a rappelé qu’un plan local de prévention des inondations a été abandonné par le gouvernement en 2011. L’élue travailliste a ajouté qu’elle « commençait à ressentir très fortement » que cette décision relevait d’une différence de traitement entre le Nord et le Sud. « À l’époque, il y avait d’autres crues dans le Nord qui sont loin d’avoir bénéficié de l’assistance que le Somerset a connue », a-t-elle ajouté.

Plus globalement, c’est la politique d’austérité du gouvernement conservateur qui est mise en accusation. Ainsi, Rachael Maskell, membre travailliste du parlement pour York-Central, n’a pas mâché ses mots. Au cours d’une rencontre avec le Premier ministre, elle a estimé que les coupes budgétaires réalisées par le gouvernement avaient rajouté aux souffrances endurées par la ville de York. « Les autorités locales ont dû affronter la baisse des financements, particulièrement les services d’urgence comme cela a été le cas, depuis des années, pour l’agence de l’environnement », a accusé la jeune parlementaire. L’eurodéputée travailliste Julia Ward a demandé au Premier ministre de solliciter l’aide de l’Union européenne.

Nathanaël Uhl

——————————-

Bonus vidéo : Banks – Drowning

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *