Devolution : le Labour relève le pari de la Northern Powerhouse

Le parti travailliste part à la reconquête de ses propres bastions. Mardi, les adhérents du Labour ont désigné leurs candidats pour l’élection du Mayor pour le Greater Manchester et pour West Midlands ; mercredi, c’est celui pour le Mayor de Liverpool City region qui a été dévoilé. Ces trois aires métropolitaines sont déjà des bastions travaillistes et il y a peu de chances que les trois nominés aient à souffrir de la concurrence conservatrice le 4 mai 2017 lors des élections locales. Même si c’est la première fois que les habitants de ces trois métropoles auront à désigner un Mayor, aux pouvoirs proches de celui de Londres, Sadiq Khan. Il s’agit là de la conséquence d’une nouvelle vague de devolutions, connue sous le nom de Northern Powerhouse, initiée par le chancelier de l’Echiquier George Osborne, lors de ses derniers mois de présence au gouvernement.

Avec les métropoles Sheffield city region, Tees Valley, North-east, Greater Lincolnshire, West Midlands, Greater Manchester et Liverpool city region sont les sept aires qui bénéficient d’un nouveau transfert de compétences et de moyens. Nommés « devolutions » au Royaume-Uni, ces transferts s’apparentent à une forme britannique de décentralisation dans un pays où les autorités locales disposent, finalement, de peu de moyens d’intervention.

George OsborneLe principe est le suivant : Whitehall (siège de l’administration centrale britannique) donne aux aires métropolitaines la maîtrise de certaines compétences –  transport, logement, taux d’imposition sur les entreprises, une liste négociable de services – et le Trésor assortit le transfert d’une aide pour développer les infrastructures locales. En échange, les autorités locales préexistantes se rassemblent dans un nouvel ensemble institutionnel dirigé par un Mayor élu directement par les citoyens et responsable de l’ensemble des compétences pour la nouvelle aire métropolitaine. Les observateurs soulignent néanmoins que l’argent abondé par le Trésor – des dizaines, parfois des centaines de millions de livres – est maigre en comparaison des milliards de livres retirés aux autorités locales.

Il faut enfin relever que les compétences transférées sont négociées, au cas par cas, entre les aires métropolitaines et Whitehall. Ainsi, Greater Manchester, avec une population de 3.5 millions d’habitants, couvre Bolton, Bury, Manchester, Oldham, Rochdale, Salford, Stockport, Tameside, Trafford et Wigan. Son Mayor aura le contrôle sur une série de services publics locaux, présidera un conseil qui surveillera le transfert d’un budget de 6 milliards de livres consacré à la santé et aux aides sociales. Il disposera d’un fonds de 900 millions de livres sur 30 ans, pour développer les infrastructures.

Birmingham grand centralLa nouvelle autorité connue sous le nom de West Midlands inclut Birmingham, Coventry, Dudley, Sandwell, Solihull, Walsall et Wolverhampton soit une population d’environ 4 millions d’habitants. Le nouveau Mayor aura la responsabilité des transports, la formation des adultes ainsi que la planification, soit la version britannique de l’urbanisme. Il veillera à la mise en œuvre d’un fonds d’investissement s’élevant à 1,1 milliards de livres sur une durée de 30 ans.

Enfin, Liverpool City Region englobe une population de 1.5 millions d’habitants et couvre cinq councils de la Merseyside : Knowsley, Liverpool, St. Helen, Sefton et Wirral – auxquels s’ajoute le council de Halton dans le Cheshire. Le nouveau Mayor sera compétent en matière de transports, de planification et de la formation pour les plus de 16 ans. Il disposera également de 900 millions de livres dans le cadre d’un fonds d’investissements pour une durée de 30 ans.

Le principe de devolution reste facultatif : il appartient aux autorités locales de s’impliquer dans le processus. En cela, la Northern Powerhouse diffère de la première vague de devolutions initiée par le gouvernement de Tony Blair. Ce dernier a permis la création des parlements régionaux écossais, gallois et d’Irlande du Nord, dont les compétences et les moyens financiers sont bien plus importants.

North MerseyrailLe parti travailliste, qui inscrit la décentralisation dans ses principes, a longtemps hésité à accepter le deal proposé par George Osborne avec sa Northern Powerhouse. Le principe de réalité a fini par l’emporter, avec une idée en tête : faire la preuve localement de sa capacité à diriger à une échelle importante donc, a fortiori, au niveau national. La direction d’une métropole a donc vocation à démontrer que, même avec des budgets restreints, il existe une alternative progressiste au règne conservateur. Elle doit mettre en lumière l’aptitude à diriger une administration quand la présence à Westminster réduit le rôle du Labour à une opposition purement verbale. Le parti espère ainsi remobiliser ses propres électeurs en vue des échéances futures.

C’est dans ce cadre que des dirigeants travaillistes d’envergure ont décidé de se présenter aux suffrages des adhérents pour se faire élire Mayor. Dans l’aire Greater Manchester, c’est l’actuel shadow Home secretary Andy Burnham qui a été désigné. Siôn Simon, membre du parlement européen et ancien membre du parlement pour Birmingham Erdington, a été élu pour West Midlands. Enfin, pour Liverpool City Region, c’est Steve Rotherham, membre du parlement pour Liverpool Walton et ancien maire de la cité, qui a été choisi par les travaillistes. Au vu des configurations politiques locales, les trois prétendants au rôle de Mayor dans leurs zones respectives ont franchi l’étape la plus dure en gagnant l’investiture travailliste.

Nathanaël Uhl

2 comments

  • Vincent Buard

    Quelle est la sensibilité de ces candidats: pro-Corbyn,..?

    • Pas forcément pro-Corbyn. Andy Burnham est de centre-gauche. Je vous renvoie au portrait que nous avons fait de lui l’an passé. Steve Rotherham est le Parliamentary Private Secretary de Corbyn, sans pour autant être marqué à la gauche du parti. En fait, ce qui relie les trois candidats c’est d’être légitimistes et disciplinés. Quels que soient leurs désaccords avec le leader, ils respectent le fait qu’il ait été élu par les adhérents.

Répondre à Vincent Buard Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *