Corbyn confirme son ancrage à la tête du parti travailliste

14468566_10153839777177411_5379639155919134413_oLe plus grand parti réformiste d’Europe confirme sa réorientation à gauche. A la veille de l’ouverture du congrès annuel du Parti travailliste, les résultats du leadership du Labour sont tombés. Jeremy Corbyn est réélu avec 61,8% des voix dans un scrutin marqué par une participation de 77%. Owen Smith avait reconnu sa défaite à demi mots dès la clôture des votes mercredi 21 septembre. Pour autant, les adversaires du vétéran socialiste ne vont pas déposer les armes. Si le spectre de la scission paraît s’éloigner, la crise va continuer.

Jeremy Corbyn progresse donc de deux points et 61,000 voix par rapport à l’an dernier. Les résultats du leadership confirment un fossé grandissant entre les adhérents du Labour et leur représentation parlementaire. Certes, les appels à l’unité se sont multipliés ces derniers jours. Corbyn a évoqué une branche d’olivier qu’il tendra bientôt au parti parlementaire. Andy Burnham a invité ses camarades membres du parlement à revenir au sein du Shadow cabinet « dans un état d’esprit serein ». Il a également relevé publiquement que le Parliamentary Labour party (PLP – le groupe parlementaire, une des trois composantes organiques du parti travailliste) avait réservé un « traitement effrayant » à Corbyn « dès la première réunion » du PLP. Owen Smith, candidat malheureux du « tout sauf Corbyn », a lui même reconnu que Corbyn « n’a pas bénéficié d’assez de temps ».

Autant de déclarations qui prennent en compte le fait que, malgré la limitation du corps électoral et malgré l’hystérisation du débat, la base a basculé durablement en faveur du membre du parlement pour Islington-North. Le candidat présenté comme « inéligible » par la droite travailliste a donc remporté son deuxième scrutin consécutif, certes en interne. Il pourra aussi rappeler à ses détracteurs que des candidats proches de lui ont réussi à emporter, lors d’élections partielles jeudi 22 septembre, deux sièges sur les conservateurs et un sur le Scottish National Party. Des succès d’autant plus bienvenus qu’ils rompent avec les échecs enregistrés pendant l’été.
Une partie de l’électorat travailliste a voulu sanctionner en juillet et août un parti trop tourné sur lui même et ses guerres internes. C’est plutôt là que les travaillistes doivent chercher les raisons de leur déshérence électorale plutôt que dans les orientations politiques de Jeremy Corbyn.

14484768_1815219128708035_6293473046105098290_nDans son discours d’acceptation a d’ailleurs insisté sur à nécessité de respecter le mandat des adhérents pour pouvoir mener le combat face aux conservateurs. Il a annoncé, d’ores et déjà, une mobilisation en faveur de l’éducation pour le 1er octobre. Le gouvernement de Theresa May propose en effet de développer les Grammar Schools, écoles basées sur la sélection à l’entrée et qui sont très clivantes au Royaume-Uni.
Corbyn a également affirmé que le Labour sera en capacité de former un gouvernement. Il lui faudra auparavant former un shadow cabinet. Et là, les premières difficultés vont apparaître.

Nathanaël Uhl et Silvère Chabot

 


Bonus vidéo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *