Elections générales 2017 : le journal – 3ème édition

Recherche sondages cohérents désespérément 

Les derniers sondages donnent des projections contradictoires. Selon ComRes, les conservateurs sont en hausse de 4 points à 50% d’intention de vote, les travaillistes stagnent à 25%, les Lib-Dems tourneraient à 11% et UKIP, à 7%, perdraient encore deux points. Un autre sondage sur 2,003 personnes, réalisés pour the Observer, donne les Tories à 45% – en hausse de 7 points par rapport à la semaine précédente – tandis que 26% se prononcent en faveur du Labour (moins 3 points), et 9% for UKIP (moins 5 points). Une troisième enquête donne Theresa May en baisse de 5 points à 40%. Une seule constante : le Labour devrait perdre assez sèchement. Les pronostics le donnent entre 112 et 140 sièges.

On ne pourra cependant pas reprocher à Jeremy Corbyn de ne pas s’impliquer dans la campagne. Il multiplie les déplacements, allant à Birmingham, Croydon, Swindon, Cardiff, Bristol, Manchester, Crewe et Warrington. Il a terminé la semaine sur un point d’orgue à Cardiff lors d’un rassemblement d’un millier de personnes, ce qui est, pour le Pays-de-Galles, un événement. Le travailliste Carwyn Jones, premier ministre du Pays-de-Galles, dont les relations avec Corbyn sont fraîches, était également présent.

Au sein de UKIP, on doute. L’état-major du parti europhobe semble réaliser qu’une partie de son électorat considère, à l’instar de son ancien élu Douglas Carwell, que le parti a fait le job avec le Brexit et n’a plus de raison d’être. Voir ses électeurs partir du côté conservateur inquiète au plus haut point. L’état major de UKIP en est à se demander s’il ne faudrait pas réduire le nombre de candidatures, et soutenir les élus conservateurs les plus favorables au Brexit.

Theresa May ne veut rien laisser échapper à son contrôle

Malgré des sondages au beau fixe, Theresa May a donné une image assez négative la semaine passée. Elle s’est comportée à plusieurs reprises comme quelqu’un d’anxieux, cherchant à tout placer sous contrôle. Lors d’un déplacement dans sa propre circonscription de Maidenhead, où elle a visité une usine, les salariés ne devaient ni lui poser de questions ni répondre à celles des journalistes. La presse locale a été fermement invitée à ne pas poser de questions à la membre du parlement pour Maidenhead. Theresa May a également écarté la possibilité de participer à un débat télévisé. Les apparitions publiques de la première ministre seront, de toute évidence, particulièrement contrôlées.

Par ailleurs, la leader du parti conservateur a renouvelé son staff de communicants de fond en comble, après deux démissions. Katie Perrior, directrice de la communication, et Lizzie Loudon, responsable à la presse, ont rendu leur tablier dans les heures qui ont suivi l’annonce des élections anticipées. Theresa May a rappelé à ses côtés kes spécialistes en communication digitale dont David Cameron s’était entouré pour les élections générales de 2015. Craig Elder et Tom Edmonds ont intégré l’équipe du parti conservateur sous la direction de Lynton Crosby. La guerre devrait être particulièrement vive sur le front des réseaux sociaux.

Tim Farron relance une nouvelle fois la campagne Lib-Dem

Après un premier essai et des premiers accrocs, le leader libéral-démocrate a tenté de relancer la campagne de son parti, insistant sur le nombre d’adhésions nouvelles depuis l’annonce des élections anticipées qui selon lui, porterait le parti à plus de 100.000 membres. C’est à Manchester, fief Labour s’il en est, qu’il s’est rendu. Mais signe des temps, localement, les Lib-Dems rappellent les vétérans à la rescousse, comme à Colchester.

En écosse le SNP à reconduit 54 des 56 élus sortants pour mener campagne. Deux élus sortantes, mises en cause dans des affaires de fraude fiscale, ont été écartées. Selon un sondage pour le Sunday Post, les projections en siège donnent le SNP à 43% (-9), les conservateurs 28 (+12), le Labour à 18 (-3) et les Lib-Dems  à 9 (+3). Du côté des travaillistes écossais, la désignation des candidats sera, in fine, entre les mains d’une commission dirigée par la leader Kezia Dugdale et composée de six autres membres. Environ 150 personnes auraient fait acte de candidature pour un total de 59 constituencies à pourvoir.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *