Le gouvernement nomme et fait honte à 115 employeurs qui ne respectent pas le salaire minimum

Chez Monsoon, les salaires aussi sont en solde

Chez Monsoon, les salaires aussi sont en solde

En Grande-Bretagne, il est désormais de coutume de contraindre les personnes, qu’elles soient physiques ou morales, à assumer leurs actes. Ainsi, au Labour, les votes nominaux des Membres du parlement sont rendus publics. Dans le même état d’esprit, le gouvernement de sa gracieuse majesté a publié, ce 23 octobre, la liste des 115 employeurs qui ont enfreint la réglementation sur le salaire minimum. En tête de liste figure la chaîne de magasins d’accessoires de mode Monsoon Accessorize, qui a omis de payer 104,507.83 à 1,438 de ses salariés.

Ce principe, connu outre Manche sous le nom de « Name and shame » (« cite et fait honte à ») a été introduit en octobre 2013. Il a mis en lumière le manquement de 400 employeurs au versement du salaire minimum, pour un montant de 1,18 millions de livres, générant 513,000 livres de pénalités. Les citations sont consécutives aux investigations du HM Revenue and Custom, un service dédié qui peut, par ailleurs, accompagner les entreprises ou les secteurs d’activité à se mettre en conformité avec la loi.

La secrétaire générale du Trade Unions Congress, Frances O’Grady, a néanmoins pointé que les entreprises nommées par le gouvernement représentent « la partie visible de l’iceberg » des entreprises dont le personnel est sous-payé. Elle a ajouté : « Je suis particulièrement attristée de voir que Monsoon Acessorize se signale dans les infractions à la loi. Une grande société avec des milliers de salariés n’a aucune excuse quand elle ne dispose pas des systèmes appropriés pour s’assurer que son personnel obtienne un salaire légal. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *