LGB : le paradoxe britannique

Alors que le nouveau gouvernement conservateur comprend des ministres ouvertement homophobes, la Grande-Bretagne s’affirme comme un pays beaucoup plus gay friendly que ses dirigeants ne le laissent croire. C’est un des aspects du paradoxe britannique.

Chambre des communes

Ainsi, dans ce pays où la notion de communauté (ethnique, religieuse, sexuelle…) est aussi prégnante, pas moins de 32 membres du parlement (MPs) s’affirment ouvertement lesbiennes, gay ou bisexuel-le-s. C’est un record mondial. Alors qu’il y a 650 élus à Westminster, le ratio de 4,9% se rapproche de la proportion de LGBT dans le pays, selon les chercheurs.

Pour le moment, on ne dénombre encore aucun MP transgenre. Mais Emily Brothers, pour le Labour, a été la première candidate ouvertement transgenre, selon nos informations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *