Corbyn star de la manifestation monstre contre le renouvellement des missiles Trident

Au risque de rallumer le conflit interne au Labour party, Jeremy Corbyn a choisi de rallier la manifestation contre Trident. Le gouvernement a annoncé son intention d’investir 31 milliards de livres pour renouveler les sous-marins lanceurs de missiles nucléaires. Une décision qui crée une nouvelle ligne d’affrontement au sein des travaillistes. Le leader du parti, qui a toujours affirmé son engagement contre les armes nucléaires, a défié la majorité du Parliamentary labour party. Il a rejoint « la plus grande manifestation depuis une génération » organisée par la coalition for Nuclear Disarmament (CND), samedi 27 février à Londres. Au cours de ce rassemblement, marqué par la présence de la première ministre écossaise Nicola Sturgeon et de la membre du parlement écologiste Caroline Lucas, le chef de l’opposition a pris la parole.

jeremy-corbyn-stop-tridentPour Corbyn, membre de la CND depuis l’âge de 16 ans, sa présence à la manifestation était une question de principes. Il en a profité pour rappeler que l’engagement contre le renouvellement du parc nucléaire Trident figurait en bonne place dans la plateforme politique sur la base de laquelle il a été élu leader du parti travailliste… Le geste a été diversement apprécié. Les opposants de Corbyn au sein du Labour ont mis en avant le fait qu’il partage la tribune « aux côtés de bon nombre d’opposants au parti travailliste. Les Tories doivent savourer ce Noël avant l’heure », a ainsi taclé Michael Dugher, ancien membre du shadow cabinet, écarté par Corbyn pour « déloyauté ».

Parmi les ennemis du Parti travailliste figurent donc les Greens, le Scottish National Party et les indépendantistes gallois de Plaid Cymru, lesquels ont considérablement oeuvré à la réussite d’une journée dont le succès est inégalé depuis 1983.

Signe de l’importance qu’il donne à son engagement pacifiste, le leader travailliste a bousculé un emploi du temps qui l’a vu aux côtés des militants engagés en faveur du maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne ; prendre la parole à la conférence du Young Labour (l’organisation de jeunesse travailliste) puis au meeting du syndicat des boulangers…

Le Membre du parlement pour Islington-North a donc séché la manifestation proprement dite mais a assuré la prise de parole qu’il avait promise. Revenant sur le rôle du Labour, alors au gouvernement, dans la signature du traité de non-prolifération des armes nucléaires, il s’est taillé un beau succès en clamant :

Je veux voir un gouvernement travailliste qui mettra en œuvre tous les articles du traité sur la non-prolifération.

Signe des profondes divisions de la sensibilité travailliste sur le sujet Trident, des représentants de haut niveau du mouvement syndical figuraient, aux côtés de Corbyn, dans la liste de plus de 20 orateurs attendus ce samedi après-midi. Pourtant, quelques jours plus tôt, des animateurs du syndicat GMB avaient manifesté leur mécontentement vis-à-vis des prises de position du leader du Labour. Ce dernier s’est engagé à ce que l’argent qui ne serait pas investi dans le renouvellement du parc nucléaire serve à préserver les emplois dans cette filière, notamment en réorientant leur activité.

Des millliers de manifestants contre le renouvellement de TridentParmi les dizaines de milliers de manifestants rassemblés – certains venus du Japon et même d’Australie -, bon nombre clamaient également leur soutien à Corbyn, véritable star de l’après-midi alors que le parterre des orateurs en regorgeait : nombreux chanteurs, beaucoup d’acteurs dont Vanessa Redgrave, des dirigeants politique de premier ordre, telle que l’Ecossaise Nicola Sturgeon. Alors que l’Ecosse accueille la base principale des sous-marins au cœur du dispositif Trident, la première ministre a toujours assumé son hostilité au renouvellement des missiles.

Posséder l’arme nucléaire est une exception dans un monde dominé par l’absence d’un tel armement, a asséné la patronne du Scottish National Party. Faisons entendre ce message fort et clair.

Sturgeon ouvre la marche contre les missiles TridentLe message a été émis. Reste à savoir s’il sera entendu. Cameron ne cache pas sa volonté de profiter des divisions travaillistes pour faire passer son projet coûteux. Il bénéficie de l’aide, en ce sens, du deputy leader travailliste. Tom Watson a instamment prié le premier ministre de procéder au vote à la chambre des Communes le plus tôt possible. Histoire de court-circuiter la révision de la politique de défense menée par la shadow secretary en charge du dossier, Emily Thornberry. Mais surtout de ne pas attendre la conférence annuelle du Labour prévue cet automne et au cours de laquelle Corbyn ne cache pas qu’il ambitionne de faire adopter par le parti sa position.

Nathanaël Uhl

——————————

Bonus audio : Invada All Stars feat. Anika – 99 Red Balloons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *