Brexit : Nigel Farage rejoint la longue liste des partisans d’un second référendum

Ce n’est pas là qu’on pouvait attendre le héraut europhobe du premier référendum sur la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne. Pourtant, Nigel Farage, ex leader de et toujours influent eurodéputé UKIP, s’est prononcé ce jeudi 11 janvier en faveur d’un second référendum sur la question, « pour régler la question ». Le bouillant contempteur de l’Union européenne rejoint la longue liste des partisans d’une nouvelle consultation des Britanniques.

Pourtant, c’est plutôt des partisans du maintien dans l’Union européenne que vient l’exigence d’un référendum, que ce soit à l’issue des négociations avec l’Union européenne ou avant. Les tenants de la première explication estiment qu’il revient au peuple d’avoir le dernier mot sur un sujet aussi crucial que la fin des relations institutionnelles avec l’Europe des 27. Les partisans de la seconde raison avancent que la campagne de 2016 a été tronquée et menée sur des faux arguments.

Aujourd’hui, le second référendum est défendu par les Libéraux-Démocrates, le Scottish National Party, les nationalistes gallois de Plaid Cymru, les régionalistes de Cornouaille Mebyon Kernow, le Sinn Féin et le Social-Democratic Labour Party en Irlande du Nord, les Greens de l’ensemble du Royaume-Uni… Côté travailliste, outre Tony Blair, vent debout sur le sujet, 50 membres du parlement soutiennent aussi la proposition. Enfin, sans que nos pointages ne permettent encore de les dénombrer, une minorité substantielle de parlementaires conservateurs ne voit pas la chose d’un mauvais oeil.

Selon l’institut de sondage Survation, début décembre 2017, 50% des Britanniques demandent également une nouvelle consultation, en hausse de 4 points par rapport à juillet de la même année. Cette enquête a eu lieu avant la publication de l’accord entre le Royaume-Uni et l’Union européenne sur la première phase des négociations.

La position officielle du gouvernement, réitérée ce jeudi, est qu’il n’y aura pas de second référendum.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *