De 2,500 à 4,000 décès pour des allocataires forcés de reprendre le travail

Iain Duncan SmithLe Department for Work and Pensions (DWP – le ministère du Travail et des pensions) a du reconnaître, cette semaine, qu’au moins 2,500 personnes relevant des allocations maladie sont décédées après avoir été déclarées « aptes au travail » ; la mort est intervenue, pour une grande majorité, dans les six semaines suivant la déclaration d’aptitude. D’après le Huffington Post britannique, ce sont plus de 4,000 décès qui seraient recensés. Selon les chiffres, 1,360 personnes sont mortes après que leur appel de cette décision ait été rejeté. Ces éléments ont été publiés après que la Commission de l’information a rejeté une décision gouvernementale de bloquer la publication des statistiques.

Le DWP a tenu à souligner, dans son rapport sur « la statistique de mortalité » que « aucune relation de cause à effet entre les allocations et la mortalité ne peut être établie sur la base des chiffres disponibles ».

Plus de 50 organisations caritatives ou associations de bénéficiaires , comme le Disability Benefits Consortium Members, ont appelé le gouvernement à reformer les modes d’évaluation des allocataires.

C’est une sale période pour Iain Duncan Smith, le très droitier ministre du Travail et des pensions. Avant le choc causé par la publication de ces chiffres de mortalité, il était déjà mis en cause pour avoir laissé publier des tracts contenant des témoignages fabriqués en faveur des sanctions concernant les allocations chômage et maladie. Le candidat de gauche au leadership du Labour a appelé Iain Duncan Smith à démissionner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *