Elections générales 2017 : le journal – 2ème édition

Les élections générales, combien ça coûte ?

Lors du scrutin de 2015, l’ensemble des partis politiques a dépensé 40 millions de livres, 5 millions de plus qu’en 2005. Le parti travailliste, qui se prépare à cette élection anticipée depuis l’arrivée de Theresa May au 10 Downing Street, a mis de côté un « trésor de guerre » de plusieurs millions de livres, pour financer sa campagne.

Les écologistes d’un obstacle à l’autre

Au lendemain de leur appel à une « alliance progressiste » contre les conservateurs, les écologistes ont lancé leur campagne à Bristol. Ils se focalisent sur les jeunes, promettant de combattre les hausses de frais de scolarité et promettant d’accorder le droit de vote à partir de 16 ou 17 ans. Cette proposition est loin de faire l’unanimité : un sondage YouGov accorde 30 % d’opinions positives à cette idée tandis que 48 %des personnes interrogées y sont opposées.

UKIP sans Farage

Ancien leader de UKIP, Nigel Farage a annoncé qu’il renonce à se présenter aux élections générales. Le responsable europhobe affirme préférer rester au Parlement européen. Le préretraité de la politique estime que les conservateurs sont partis pour emporter largement le scrutin. Il est vrai qu’après sept défaites consécutives lors des législatives, on peut comprendre  son hésitation.

Le Labour en campagne

Michael Dugher est le treizième élu Labour sortant à décider de ne pas se représenter. Jeremy Corbyn ne devrait pas regretter le départ d’un de ses opposants les plus vindicatifs. Owen Smith, son challenger lors de l’élection pour le leadership 2016, s’est en revanche prononcé sans ambiguïté pour le rassemblement du Labour. Il s’agit, selon lui, de se mobiliser contre le seul ennemi véritable : le parti conservateur. A travers le pays, la plupart des candidats du Labour ont commencé leur campagne sur le terrain. Jeremy Corbyn a prononcé son premier discours. Pour le vétéran socialiste, les choses sont limpides : le parti qui défend les salariés et le peuple se bat contre le parti des riches et de l’établissement.

Quant à la question européenne, l’objectif du Labour au gouvernement dans les négociations serait en priorité de garantir l’accès au marché unique. En revanche, il ne serait pas question d’organiser un second référendum sur l’adhésion à l’Union européenne. Jeremy Corbyn a indiqué que la plateforme du parti serait prête au mois de Mai et contiendra des éléments sur le Brexit. Parmi les mesures phares qui devraient annoncées, on retient la volonté d’abolir les contrats « zéro heure ».

La majorité de la gauche radicale vote Labour

Du côté de la gauche radicale, Left Unity ne présentera pas de candidats aux élections législatives et appelle à la victoire du Labour Party dirigé par Jeremy Corbyn. D’autres groupuscules, comme Workers Liberty et Socialist Action, ont fait de même. Plus surprenant, le Socialist Workers Party, d’inspiration trotskiste, soutient aussi le Labour dirigé par Jeremy Corbyn pour ces élections générales.

Les Tories inquiets des sondages

Ils ont peur de sondages qui leur sont trop favorables. Les conservateurs craignent une démobilisation de leur électorat. Theresa May martèle que la victoire n’est pas acquise. Les tories rappellent que les sondages sont loin d’être exacts, notamment lors du référendum sur le Brexit.

Proportionnelle

La pétition pour demander l’instauration d’élections proportionnelle « Make Votes Matter » est relancée, à cette heure il y a plus de 243,000 signataires.

Vote tactique

Gina Miller, qui fait campagne sans relâche en faveur du maintien du Royaume-Uni au sein de l’Union Européenne, a collecté plus de £150,000 en une journée. Sa nouvelle campagne consiste à organiser le vote tactique à grande échelle à travers le pays pour empêcher le Brexit et chasser un maximum de ses partisans du Parlement. Elle avait poursuivi le gouvernement en justice avec succès, le forçant à consulter le Parlement avant d’activer l’article 50.

Elle a déclaré que l’argent collecté serait mis à disposition des candidats de tous partis qui feront campagne pour un vote final sur le Brexit au parlement et qui seront prêts à rejeter tout deal qui serait préjudiciable pour le Royaume-Uni.

Pendant ce temps au parlement…

Les conservateurs enterrent l’augmentation des frais de succession. La Ministre de la Justice Lizz Truss a pris prétexte du manque de temps pour organiser le projet de loi.

Pendant ce temps dans les syndicats…

Le leadership du principal syndicat du Royaume-Uni, Unite (1.6 millions d’adhérents), s’est terminé par la victoire du secrétaire-général sortant. Len McCluskey, principal allié de Jeremy Corbyn, avait démissionné de son poste pour se faire légitimer. C’est réussi, il est réélu mais il doit s’interroger sur la suite. Alors que la participation dépasse à peine les 12% des adhérents, les résultats sont étriqués :

  • Len McCluskey : 59,067 votes et 46%
  • Gerard Coyne : 53,544 votes et 41%
  • Ian Allinson: 17,143 votes et 13%.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *