Leadership du Labour, débat à quatre

Le storytelling est parfait. Trente secondes avant la clôture des nominations pour la candidature au leadership du Labour party, le porte-parole de la gauche travailliste, Jeremy Corbyn, Membre du parlement pour Islington north (banlieue de Londres), a eu le petit papier qui lui manquait. Une heure avant ce lundi 15 juin midi, il lui manquait neuf engagements pour pouvoir concourir. La mobilisation de ses partisans et la nécessité d’un vrai débat politique au sein du Labour ont amené des MPs éloignés de la gauche à soutenir la candidature d’un parlementaire connu pour ses positions tranchées. Il y a donc quatre candidats au leadership.

Quatre candidats vont tenter de remplacer Ed MilibandLa nomination de Corbyn au finish montre sa capacité à mettre en scène sa campagne. Il a su mener une pré-campagne éclair, bénéficiant du soutien de milliers de militants du Labour, de l’engagement de syndicats sur fond de dramatisation autour du « nécessaire débat dans le parti après une déroute électorale ». Il a profité, dans ce cadre, d’une aspiration forte des activistes travaillistes à la démocratie. Laquelle démontre l’échec de la stratégie blairiste. Certes, la professionnalisation des cadres du parti a été menée mais le cœur militant du Labour bat encore. Et il a réussi à faire pendant au surpoids du Parlementary Labour Party (le parti parlementaire travailliste, une des trois composantes majeures du Labour).

En effet, depuis la réforme statutaire de 2014, il faut obtenir 15 % de parrainages parmi les MPs, soit 35 signatures pour pouvoir concourir au poste de leader, rendu vacant par la démission d’Ed Miliband au lendemain de la défaite lors des élections générales. Le 17 juin, les nominations pour le poste de deputy leader (chef adjoint du parti) seront closes, sur la même base de calcul. La campagne sera ensuite ouverte. Le collège électoral sera fixé au 12 août, avec la clôture des adhésions. Les opérations de vote seront closes le 10 septembre et les résultats annoncés lors de la conférence du Labour le 12 septembre.

Outre la gauche du parti incarnée par Jeremy Corbyn, qui succède à Diane Abbott dans le rôle, les Blairistes seront représentés par Liz Kendall, la présidente du think tank Progress. Andrew Burnham et Yvette Cooper se disputent la représentation du centre composite du Labour. Favori des bookmakers, Andrew Burnham s’inscrit dans la continuité du démissionnaire Ed Miliband, élu leader du Labour sur un discours de gauche et finalement aussi droitier que son rival de frère David. Yvette Cooper, elle, rassemble plutôt les proches de Gordon Brown, ancien chancelier de l’Echiquier (ministre des Finances) de Tony Blair et dernier premier ministre travailliste.

Andrew BurnhamMP de la circonscription de Leigh, fief travailliste du nord depuis 1922, Burnham a obtenu le plus de parrainages avec 66 signatures. Quoique bénéficiant du soutien officieux de l’appareil des syndicats, il voit sa position fragilisée par son incapacité à élargir la base de ses soutiens parlementaires hors des circonscriptions du nord de l’Angleterre, bastion travailliste par excellence. Il est le candidat de l’appareil, capable de parler à l’oreille de Len McCluskey tout en qualifiant les « créateurs de richesses » de « héros ».

Yvette CooperSa principale adversaire est la secrétaire à l’Intérieur du shadow cabinet, Yvette Cooper qui, elle aussi, apparaît bien implantée dans le Nord mais aussi dans les Midlands. La MP de Pontefract et Castleford, autre fief travailliste, rassemble surtout les anciens supporters de Gordon Brown, soit l’aile centre droit du Labour, quand Andy Burnham pioche dans le centre-gauche. Epouse d’Ed Balls, ancien ministre, elle est considérée comme une des 100 femmes les plus puissantes de Grande-Bretagne. Sa capacité à déraper fait qu’elle est aussi sa plus grande ennemie.

Liz KendallLiz Kendall, MP de la circonscription ouvrière de Leicester West, incarne donc la droite travailliste. Elle a mené la campagne la plus médiatique, assumant de vouloir « rompre le lien » avec les syndicats mais aussi en menant une critique violente du Labour version Miliband. La brutalité de sa campagne a poussé la partie la plus frileuse de l’aile gauche travailliste dans les bras d’Andy Burnham, à l’image du pourtant respecté Ian Lavery. La patronne du think tank Progress n’y va pas par quatre chemins et entend finaliser la mutation du New Labour, mutation restée en suspens depuis la défaite de Gordon Brown. Une défaite qui est, surtout même si Liz Kendall ne veut pas le voir, celle de Tony Blair.

Jeremy CorbynDe New Labour il ne doit plus être question pour Jeremy Corbyn et sa garde rapprochée, dans laquelle figurent deux nouvelles gâchettes de premier ordre : Clive Lewis, MP « socialiste » de Norwich South, et le MP de Leeds East, ancien avocat des syndicats, Richard Burgon. Jeremy Corbyn a la particularité d’avoir rassemblé le plus de MPs primo-élus. Sa faiblesse tient à ce que plus de la moitié de ses soutiens parlementaires ont annoncé qu’ils ne feraient pas campagne et qu’ils ne voteraient pas en sa faveur. Mais, celui qui prône toujours que Tony Blair soit traduit devant le Cour pénale internationale pour son rôle dans la guerre en Irak compense par un vrai soutien militants. Sa campagne sur les réseaux sociaux, animée par le hashtag #JezWeCan, a démontré que son équipe maîtrise parfaitement l’art de la guerre numérique combinée avec un activisme de terrain.

Corbyn entend mener le débat politique sur son terrain : une critique sans faille du New Labour et des années Blair-Brown. Mais il mène aussi l’assaut contre les tergiversations d’Ed Miliband et de ses successeurs. Candidat assumé du camp anti-austérité, il a été le seul à aller soutenir les salariés de la National Gallery en grève. Il a donc le soutien de la base des syndicats. Le MP d’Islington North pèsera donc dans la course au leadership. Ce n’est pas du tout un hasard si l’ensemble des MPs candidats à la candidature pour la mairie de Londres lui ont apporté leur soutien. Il devrait pouvoir faire beaucoup mieux que la précédente candidature de gauche au sein du Labour, celle de Diane Abbott en 2010.

Reste que cette course au leadership arrive peut être un peu trop tôt. Les militants sont encore sonnés par la défaite et pas forcément en capacité de se livrer à une critique collective telle que la proposent, chacun dans son genre, Liz Kendall et Jeremy Corbyn. Plusieurs voix se sont élevées pour demander le report du vote à l’année prochaine. En vain, pour le moment.

Nathanaël Uhl

———————–

Bonus vidéo : Angelic Upstarts – 2,000,000 Voices

3 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *